27/03/2007

L'éruption explosive la plus longue des temps modernes; volcan Soufriere Hills sur l'île de Montserrat; 2ème partie

L’éruption d’un volcan gris (type explosif) la plus longue de l’histoire des temps modernes (près de 12 ans); Soufriere Hills sur l’île de Montserrat (archipel des Petites Antilles; Caraïbes).

 

2ème partie : de fin 1997 à 2000.

(d'après le descriptif, en anglais, de l'activité éruptive publié par le M.V.O.)

 

En novembre 1997, des essaims hybrides et des signaux associés à des chutes de roches dominent au cours de la croissance rapide du dôme au sein de la cicatrice produite par les effondrements des 4 et 6 novembre. Le 27 novembre 1997, des petits effondrements de dôme se produisent dans le sud générant en continu des petites coulées pyroclastiques dans la vallée de la rivière Blanche. Le 1er décembre, une coulée pyroclastique dans cette vallée a été précédée par une activité d’avalanches de blocs issus du dôme. En décembre, le dôme continue à croître dans la zone sud du volcan et, dans le même temps, des avalanches de roches, auquelles sont associés à des signaux sismiques dit "longue période" (LP), se produisent .

 

971001%20Exp%20from%20MVO%202
Petit panache plinien et coulée pyroclastique produite par l'effondrement partiel de la colonne éruptive (octobre 1997). Photo © MVO

 

Fin 1997 apparaissent des essaims sismiques hybrides, associés à des secousses toutes les 20 minutes s’accroissant en intensité jusqu’à environ 3 par minute entre les 25 et 26 décembre. Le 26 décembre 1997 des débris d’avalanche dévalent la vallée de la rivière Blanche à 3h00 et déclenchent une série de très larges coulées pyroclastiques, qui ont détruit une vaste zone au SO du volcan, ainsi qu’une déferlante énergétique qui pourrait avoir été produite par un effet de souffle ("blast") latéral.

A partir du 4 janvier 1998, la croissance du dôme reprend dans la cicatrice laissée par l’effondrement du dôme. Jusqu’en mars, alternent des périodes d’avalanches rocheuses continues, de coulées pyroclastiques dans la vallée de la rivière Blanche et d’émissions de cendre produisant des panaches atteignant jusqu’à 1800 mètres de hauteur. Au début de mars, une imposante épine rocheuse apparaît au niveau du dôme. A partir du 8 mars, le dôme cesse de croître. Le 3 juillet 1998, le dôme s’effondre dans la vallée de la rivière Tar sans avertissement. Environ 20% du dôme sont soustraits du complexe de dômes. Des petites explosions surviennent 11 heures après l’effondrement du dôme. Une partie du village de Long Ground est affecté par les déferlantes de cendre.

Jusque fin 1999, l’activité est très uniforme et caractérisée par des avalanches de roches auxquelles sont associés des tremblements de terre volcano-tectoniques, des petites coulées pyroclastiques qui continuent à démanteler petit à petit le dôme.

Les 20 et 21 septembre, l’ouragan Georges passe au nord de l’île générant 150 mm de pluie pendant la nuit provoquant d’importantes coulées de boue (lahars) sur tous les flancs du volcan. Entre mi-octobre et mi-novembre, de plus fréquentes coulées pyroclastiques atteignent la mer en empruntant la vallée de la rivière Tar et de la rivière Blanche ainsi que le port de Plymouth. De larges cicatrices se sont développées dans le dôme le découpant en deux selon des directions E-SE et O-NO à partir de la cicatrice laissée par l’activité du 3 juillet au-dessus du lieu-dit "Gages" (voir carte ci-dessous). Fin novembre, des fortes pluies touchent à nouveau la zone du volcan et provoquent des coulées de boue. Plus de 1 mètre de matériaux de lahar se sont déposés sur le pont de Belham tandis que  Plymouth et la piste de l’aéroport étaient aussi touchés par ces dépôts.

981203cathch1
La cathédrale de Plymouth blanchie par la cendre du volcan. Les alentours sont recouverts de plusieurs cm de cendre. Photo © MVO

 

Le 14 décembre 1998, le dôme s’effondre à nouveau dans la vallée de la rivière Tar en produisant des coulées pyroclastiques qui atteignent la mer et générent une nuage de cendre jusqu’à 6 km de hauteur. Jusqu’en fin 1998, des avalanches de blocs et des petites coulées pyroclastiques continuent à démanteler le dôme. L’existence d’un important évent situé dans la fissure centrale du dôme est confirmée. Cette bouche libère occasionnellement de très vigoureux nuages de cendre atteignant au maximum 4500 mètres de hauteur. Le 21 décembre, des blocs de grande taille ont été propulsés jusqu’à 80 mètres au-dessus de la bouche. Le 28 décembre 1998, de fortes pluies touchent à nouveau l’île et provoquent plusieurs coulées de boue dévalant la vallée de la rivière Belham et la zone de Plymouth en particulier. Des dépôts frais épais d’au moins 50 cm sont retrouvés sur le pont de Belham.

 

Au début janvier 1999, le dôme continue à se démanteler en produisant des avalanches de roches et des épisodes d’activité d’éjection de cendre et vapeur ont lieu. Du 13 au 28 février 1999, des petites coulées pyroclastiques issues d’effondrements du dôme dévalent les pentes et produisent des nuages de cendre jusqu’à environ 6000 m. d’altitude. A partir du 1er mars, le niveau de l’activité augmente. De petites explosions, des épisodes d’éjection de cendre ou de coulées pyroclastiques issues d’effondrement du dôme produisent des panaches de cendre jusqu’à 6 km de hauteur. Il y a eu 23 évènements éruptifs en mars et 21 en avril avec un pic d’activité au début avril avec 3 évènements par jour. En mai, le démantèlement du dôme par des avalanches de blocs ainsi que des évènements occasionnels d’épisodes d’éjection de cendre et de vapeur se poursuivent. Le 5 juin 1999, l’effondrement du dôme dans son secteur NE produit des nouveaux dépôts dans le "Goulet de Tuitt", le  "Goulet de Whites Bottom" et la rivière Tar. Suite à cette activité, une nouvelle large excavation est apparue dans le dôme au-dessus du Goulet de Tuitt. Le 20 juillet, un effondrement majeur du dôme vers la rivière Tar produit un nuage de cendre haut de 10 km avec des retombées de cendres jusqu’aussi loin vers le nord que Saba. Jusqu’au début septembre l’activité est réduite.

 

9908%20collapse

Faible activité en août 1999. Photo © MVO

 

Elle reprend le 3 septembre par une importante explosion, des phases d’effondrement subséquentes et une activité accrue d’avalanches rocheuses durant les 7 jours qui suivent.

PFlows_valleys
Tracé très schématique des coulées pyroclastiques (en rouge) de Soufriere Hills et trajet des coulées de boue (lahars) dans la rivière Belham (en gris).

 

Le 10 septembre 1999, le passage de l’ouragan Floyd au nord de Montserrat produit de fortes pluies durant le week-end des 9-10 septembre, provoquant un certain nombre de coulées de boue dans les vallées situées autour du volcan. Le 20 octobre, un nouvel ouragan, Jose, transite par le nord de l’île produisant 140 mm de pluie en 6,5 heures et donnant lieu à des coulées pyroclastiques dévalant tous les flancs du volcan. Du 3 au 8 novembre, le MVO détecte un essaim de 213 secousses hybrides, le premier depuis la cessation de la croissance du dôme en mars 1998. Les 8 et 9 novembre, deux explosions expulsent de la cendre jusqu’à des hauteurs de 6000 à 7500 mètres. Les retombées de matériaux contiennent des petits fragments de pierre ponce. Des séismes LP (longue période) constituent la majorité des signaux sismiques. Les 17 et 19 novembre 1999, le passage de l’ouragan Lenny au nord de Montserrat génère de fortes pluies et, en conséquence, des coulées de boue sur tous les flancs du volcan. A partir du 27 novembre 1999, un nouveau dôme de lave apparaît à la base du cratère à l’intérieur du dôme de 1995-1998. Les observations de ce jour là indiquent que le dôme a une largeur d’environ 100 mètres à sa base et est haut d’environ 60 mètres. Le dôme croît régulièrement jusqu’à la fin de 1999. Cette activité est accompagnée par des périodes de tremor dite spasmodique(intensité modulée) durant environ 10 heures incluant des séismes LP et hybrides.

mvomenu_r02_c1

 

A suivre ....

 

lave_be_sm

20/03/2007

 Photos de l'activité du Stromboli (début mars)

Belles photos spectaculaires de l'activité du Stromboli au début de mars (© "Stromboli-on-line" & "Volcano Discovery")

stromboli-2007-mf7135
Coulées de lave sur la Sciara del Fuoco (© Marco Fulle, S.O.L.)
logo_SOL
 
CF_Stromboli_VD
Coulée pyroclastique (< effondrement sur elle-même d'une coulée scoriacée de basse température) sur la Sciara del Fuoco
Copyright: © VOLCANO DISCOVERY

logo160

09:43 Écrit par Alain M./Alino dans Volcans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stromboli, lave, coulee pyroclastique |  Facebook |